Qu’est-ce qui fait que la peinture me fait me sentir “française” et digne de porter le béret ? Quoi qu’il en soit, j’ai finalement pris le temps de peindre l’une des toiles géantes (trouvée à prix cassé) de 40 x 30 cm que nous avons obtenues pour 19 € chez Michael’s grâce à 50 % de réduction avec 25 % de réduction supplémentaire en plus (plus de détails sur la façon dont cela s’est passé à la fin de ce post). Depuis que j’ai découvert cette affiche inspirante (grâce à mon bon ami Pinterest), je savais que je voulais l’adapter un peu. Vous savez, des lignes verticales plus ou moins larges et s’amuser avec quelques échantillons de peinture à 1 euro (total dépensé pour la peinture : 5,75 € pour trois pots que j’ai ensuite mélangés avec de la peinture artisanale blanche que j’avais sous la main pour créer une tonne de teintes différentes avec les couleurs de départ).

J’ai d’abord utilisé un mètre pour espacer des lignes verticales égales (j’ai juste utilisé la largeur du mètre lui-même pour garder les choses égales) que j’ai dessinées avec un crayon :

Puis j’ai utilisé le coin d’une petite carte que nous avons reçue par la poste (d’un lieu de changement d’huile) pour créer ces pics angulaires pour imiter les formes de prisme de mon inspiration.

Puis j’ai juste rempli chaque forme avec une variété de nuances de bleu et de vert (toutes dérivées des trois pots d’essai de peinture de Lowe’s et de quelques peintures blanches de bricolage pour rendre certaines formes plus claires). En ce qui concerne les couleurs de peinture spécifiques, j’ai utilisé des pots d’essai de Tropical Waters, Embellished Blue et Thermal Spring de Behr.

C’était amusant et plutôt énergique, mais le contraste était un peu trop fort pour moi. Mon incursion dans la peinture m’a donc rappelé pourquoi j’aime tant peindre : on peut toujours peindre par-dessus. J’ai donc mélangé une nuance beaucoup plus claire de vert-gris et je suis passée par-dessus toutes les parties vertes plus foncées pour obtenir un effet ton sur ton beaucoup plus subtil. J’ai fini ici :

J’aime les lignes imparfaites et les coups de pinceau de peintre et les nuances variées des mêmes quelques tons. La seule chose que je n’aime pas, c’est l’emplacement. Il ne se sent tout simplement pas bien dans notre chambre à coucher puisque les murs sont d’une teinte similaire (et nous pensions que le look ton sur ton de l’art pourrait se superposer joliment, mais il se sent un peu trop monotone pour nous). Nous envisageons donc que nous de l’accrocher dans la salle à manger une fois que nous aurons un beau grand buffet ou une console pour aller en dessous près de l’entrée principale ou bien il pourrait être placé ailleurs. Mais pas sur un mur bleu-vert doux. Je suppose que j’aime juste l’art ton sur ton qui n’est pas aussi sur un mur de ce ton. Allez comprendre.

Je me suis lancé dans ce projet en m’attendant à ce que cela prenne une soirée ou deux et cela a en fait pris un peu plus de temps (peut-être quatre ou cinq séances de deux heures) mais à la fin, je ne voulais presque pas que cela se termine. C’est juste amusant de peindre à nouveau. Peut-être que je m’attaquerai bientôt à autre chose. Je l’espère. Avez-vous peint des toiles récemment ? Cela m’a totalement ramené à l’époque où j’étais au lycée et à l’université (j’ai suivi tous les cours d’art proposés par mon lycée, puis je suis allée à l’école d’art de New York pour l’université – où j’ai fini par obtenir un diplôme universitaire en design publicitaire). Bien qu’utiliser les pots de peinture de Lowe’s m’ait définitivement fait sourire puisque j’ai l’habitude de payer cinq millions de dollars pour de la peinture à l’huile (ok, c’est exagéré, mais ce n’était pas toujours bon marché pour un collégien fauché).

Puisque nous parlons de l’école d’art, savez-vous que c’est là qu’un de mes professeurs de dessin m’a surnommé « le narrateur de la vie ». Apparemment, je ne faisais que dessiner et jacasser sur tout ce qui se passait (ex :  » oups, j’ai fait tomber mon fusain  » ou  » maintenant pour le premier plan  » ou  » oups, il est déjà midi « ). J’ai l’air vraiment ennuyeuse, non ? Heureusement, je n’en disais pas plus. Mon professeur a dû se pencher et me demander ce que je disais, ce qui m’a fait réaliser que je disais en fait des choses à voix haute (j’étais dans la zone, je ne savais pas ce que je faisais). Ce surnom de « narrateur de la vie » m’a gêné à l’époque, mais je trouve maintenant hilarant que ma profession actuelle consiste essentiellement à raconter ma vie. Qui aurait pu penser. Je devrais peut-être retrouver ce professeur (sur Facebook ?) et lui dire où j’ai atterri. Ne lui dites surtout pas que j’ai utilisé de la peinture domestique au lieu de la peinture à l’huile. Scandaleux.

Plus de messages de Young House Love