L’essor du Shou Sugi Ban

Le shou sugi ban a connu un regain de popularité ces derniers temps. Cette ancienne technique japonaise a été redécouverte et réinventée pour produire de beaux résultats, même si les interprétations modernes s’éloignent des avantages pratiques de l’intention originale de la technique. Bien qu’il produise certainement une belle esthétique, le shou sugi ban peut présenter quelques inconvénients. Nous allons explorer certaines de ces complications et la façon dont elles peuvent être éliminées afin que vous puissiez obtenir le superbe aspect de la méthode shou sugi ban sans aucun effet indésirable. Pour de plus amples informations consultez le lien shou sugi ban durability

 

Qu’est-ce que le shou sugi ban ?

Originaire du Japon du 18e siècle, le shou sugi ban est une méthode particulièrement frappante de préservation du bois par carbonisation au feu. Traditionnellement, cette pratique est utilisée avec le cèdre japonais afin de le rendre résistant aux intempéries. Le bois est brûlé jusqu’à ce que sa surface soit carbonisée, puis enduit d’une huile naturelle. Le résultat est une finition roussie d’une magnifique couleur noir anthracite. La surface du bois peut prendre un aspect craquelé ou de peau d’alligator selon l’espèce de bois et l’intensité de la combustion. Les traditionalistes n’utilisent que le Cryptomeria japonica ou cèdre japonais parce qu’il peut supporter la chaleur d’une brûlure profonde résultant en une résistance aux parasites, à la pourriture et au feu tout en devenant un hydrofuge naturel et un écran solaire.

L’intérêt pour le shou sugi ban, en particulier en Occident, fait que beaucoup essaient la méthode sur une variété d’espèces de bois. Souvent, cependant, une brûlure profonde ne peut être obtenue sur ces autres types de bois et la couche supérieure carbonisée s’érode, laissant un aspect moins que désirable tout en emportant avec elle les propriétés de résistance aux parasites, au feu et aux intempéries. Le shou sugi ban est connu pour donner une couleur noire de jais, mais une méthode moins extrême est souvent employée pour des raisons esthétiques dans des pays comme l’Amérique où cette technique s’est récemment répandue. Cette forme plus modérée de shou sugi ban crée du bois roussi sans le rendre complètement noir. Couplée à une teinture, cette forme modérée peut offrir des looks colorés.

Le shou sugi ban est à la fois artisanal et authentique, un peu comme le bois récupéré. Pour une entreprise ou un designer qui désire ces qualités, le shou sugi ban est particulièrement attrayant, car il peut aider à rendre l’authenticité. La carbonisation produit un caractère brut et réel. Le processus du shou sugi ban implique de carboniser le bois, de le refroidir, de le nettoyer par brossage et lavage, puis de le finir à l’huile. Certains brûlent chaque planche de bois à l’aide d’un chalumeau, mais la méthode traditionnelle consiste à regrouper trois planches à la fois dans des tubes triangulaires et à allumer l’intérieur. Avec la méthode traditionnelle, les différents aspects sont obtenus non pas en variant le processus de combustion, mais en utilisant diverses méthodes de brossage. Les fours sont désormais utilisés pour la production à grande échelle. Si les méthodes traditionnelles et les essences de bois ne sont pas utilisées, il peut y avoir des problèmes de longévité de la finition et de stabilité du bois.

 

Les complications du Shou Sugi Ban authentique

L’apparence réelle du bois traité au shou sugi ban est merveilleuse, mais il y a quelques risques et complications liés au processus et au produit final. Tout d’abord, il y a des complications pratiques. La surface du bois peut s’écailler et se retrouver sur les sols, les surfaces et les vêtements, ce qui peut créer un désordre si l’on n’y prend garde, tant pendant l’installation qu’une fois l’espace occupé. Ces morceaux carbonisés risquent d’être traînés dans tout le bâtiment ou même d’être respirés par les personnes se trouvant dans un espace avec shou sugi ban.

Il convient également de mentionner à nouveau que les traditionalistes disent que le shou sugi ban n’est pas une méthode qui peut être appliquée à n’importe quel type de bois. Le cèdre japonais, le bois de choix pour le shou sugi ban, réagit à la chaleur d’une manière unique que les autres bois ne font pas. Ainsi, si vous recherchez les avantages protecteurs du shou sugi ban, il y a peu d’espèces autres que le cèdre japonais qui peuvent vous satisfaire.  Bien que le shou sugi ban puisse techniquement être utilisé sur n’importe quel bois, l’effet n’est pas le même, ce qui rend difficile l’obtention d’un look époustouflant et durable.

Le shou sugi ban modernisé perd également de sa verve au fil du temps, créant une patine qui peut être souhaitable ou non selon les besoins d’un espace particulier. Cette impermanence signifie qu’un bâtiment qui utilise le shou sugi ban devra de temps en temps restaurer ou remplacer une partie du bois pour conserver sa vivacité d’origine.